Résumé

English version >>

Des conflits à petite échelle font partie de la vie au quotidien. Quand les gens sont dans le besoin de la justice – la revendication de leurs droits ou de demander la médiation – ils recourent principalement aux autorités locales de confiance. Ceux-ci peuvent être des autorités traditionnelles, des chefs religieux, ou encore des fonctionnaires de l’Etat comme des policiers ou des fonctionnaires des tribunaux locaux. Dans de nombreux contextes, les gens ont personnalisé des connexions avec ces autorités. Pour les personnes déplacées dans les milieux fragiles et touchés par des conflits, ceci est beaucoup moins probable et chercher la sécurité dans ces contextes est très problématique.
En République démocratique du Congo, les personnes déplacées, y compris les déplacés internes, les réfugiés et les migrants urbains, souvent concourent des ressources rares (tels que la terre et les moyens de subsistance) avec d’autres résidents, ce qui est souvent une cause de litige. Les personnes déplacées, qui sont souvent déconnectés de leurs propres autorités, éprouvent des difficultés à régler leurs différends par la médiation des mécanismes existants.
Cette recherche-action vise à contribuer aux objectifs de renforcer des mécanismes de justice dans trois régions de la RDC (le Sud-Kivu, le Haut-Uele et l’Equateur) par la recherche interactive; renforcer les initiatives de justice des acteurs gouvernementaux et non-gouvernementales; et l’apprentissage inter-régional. La recherche se concentre sur les besoins de la justice des personnes déplacées, leurs stratégies pour obtenir une justice et leurs expériences réelles avec différents types d’autorités, notamment la police, l’appareil judiciaire et les autorités traditionnelles.